Le Pixathon

Un jeu pour tester ses compétences numériques

Savez-vous retrouver à partir d'une photo le lieu où elle a été prise, identifier les sites sécurisés et ceux qui ne le sont pas, paramétrer un document collaboratif en fonction d'un profil utilisateur ou administrateur ? Le 17 mai dernier, une vingtaine d'agents a joué le jeu et testé leur culture numérique. Vous pouvez faire de même !

C'est un peu le principe du serious game : on joue et on apprend.

La DGER s'implique dans le domaine du développement du numérique éducatif, à travers le plan NumEA, plan de soutien, de mutualisation, de développement et de valorisation d'actions destinées à mieux prendre en compte le numérique dans le système éducatif. "Notre cible est celle des élèves, des professeurs, des proviseurs et des personnels administratifs car finalement on constate que la culture numérique n'est pas aussi développée que ce que l'on pourrait croire", explique Nathalie Hérault-Moignard, chargée de l'innovation pédagogique et du numérique éducatif .

D'après la Commission européenne, 90% des emplois, mêmes les plus inattendus, requièrent un niveau minimum en compétences numériques car l'économie numérique transforme la façon dont les gens travaillent et les compétences dont ils ont besoin.

Ces compétences sont en effet variées, diversifiées, et d'un utilisateur à l'autre, leur maîtrise peut l'être tout autant.

"En proposant un jeu sur la culture numérique aux agents de la DGER, pendant deux heures, cela nous permettait d'oeuvrer à leur propre acculturation et de leur faire découvrir toute la palette de compétences numériques que nous devons mobiliser de nos jours dans notre vie professionnelle."

Le numérique, un champ infini de possibles

Ce jeu prend la forme d'un PIXATHON soit un défi basé sur des scénarios extraits du service public en ligne PIX (groupement d'intérêt public, créé par le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, en partenariat avec le Cned, l'Université ouverte des humanités et l'Université de Strasbourg.) qui propose à tous les citoyens, de façon ludique et gratuite, un parcours d'autoformation et de certification découpé en cinq domaines de compétences (informations et données, communication et collaboration, création de contenu, protection et sécurité).

En l'occurrence, c'est autour de cinq domaines et de seize compétences que les agents volontaires ont pu prendre conscience de leurs acquis, comme de leurs lacunes ou de leurs a-priori à partir de 20 tests.

Programmer le chemin effectué par un robot pour sortir d'un labyrinthe ? Retrouver les tags sur un réseau social ? Indiquer les bons mots clés pour une recherche documentaire ? C'était l'occasion de mettre en pratique ses connaissances, ou d'en acquérir.

Si le numérique est aujourd'hui une composante de notre vie quotidienne et professionnelle, nous sommes loin d'en maîtriser toutes les arcanes, y compris les questions de sécurité et de confidentialité, pourtant essentielles.

"Cette expérience nous aide à créer des projets en direction des lycées", poursuit Nathalie Hérault-Moignard. "Il s'agit d'infuser, grâce à une entrée par le jeu, une culture digitale et numérique, et faire prendre conscience de tout ce qu'elle recouvre. C'est aussi une incitation à développer une vraie agilité dans ce domaine, afin d'utiliser avec davantage de facilité de nombreux outils, tout en étant conscients qu'ils seront obsolètes demain. Une nouvelle culture à intégrer en somme !"

Et si cela vous tente, vous aussi, de tester et cultiver vos compétences numérique, pourquoi ne pas aller faire un tour sur PIX ?

Article paru dans l'Intranet du MAA (Accès restreint)

MAA - DGER

78 rue de Varenne, 75349 Paris 07 SP

Mise
à jour