Licence professionnelle, Master et Doctorat

La loi n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche a introduit le principe d'accréditation des établissements d'enseignement supérieur (universités, écoles...) pour délivrer une offre de formation de type licence et licence professionnelle, master et doctorat.

Les diplômes de licence professionnelle et de master sont désormais délivrés au niveau de la mention dont la nomenclature est prévue par arrêté.

La licence professionnelle est un diplôme national d'enseignement supérieur français. C'est une licence particulière régie par l'arrêté du 17 novembre 1999.

Ce diplôme, de niveau II (Bac+3), est délivré par les universités et les établissements d'enseignement supérieur agricoles accrédités ou co-accrédités. Des partenariats peuvent être mis en place avec les établissements d'enseignements agricoles techniques. La licence professionnelle est accessible aux titulaires d'un BTSA, DUT, BTS, aux étudiants ayant validé une L2 ou aux titulaires d'un titre ou diplôme homologué au niveau III par l'État.

Des licences professionnelles existent dans les métiers de l'agriculture, du paysage, des productions animales et végétales, de l'agroalimentaire, des agro-équipements, de la commercialisation des produits agricoles...

Conçue en étroite relation avec les professionnels du secteur concerné par la mention, la formation dure un an et peut être suivie en formation initiale, par apprentissage, ou en formation continue. Elle comporte 12 à 16 semaines de stage et vise l'insertion professionnelle immédiate. Son obtention emporte acquisition de 30 crédits ECTS.

Les informations relatives à chacune des licences professionnelles (contenu de formation, débouchés, inscription...) sont accessibles sur le site de l'université et/ou de l'établissement partenaire.

Le diplôme national de master (DNM) est régi par l'arrêté du 25 avril 2002. Il confère à son titulaire le grade de master et il sanctionne un niveau Bac+5 correspondant à l'obtention de 120 crédits européens (ECTS) au-delà de la licence. Il peut permettre la poursuite d'études doctorales.

L'offre de masters proposée par les établissements d'enseignement supérieur sous tutelle du ministère de l'agriculture comporte une offre dans les domaines liés aux sciences agronomiques, de l'environnement et du paysage, des aliments et de leurs transformations, en prenant en compte les aspects nutritionnels et de santé, aux biotechnologies et technologies du végétal, de l'animal, aux sciences économiques et sociales, au développement des territoires, à la géographie...

La préparation d'un master au sein d'un établissement supérieur d'enseignement agricole présente le double avantage d'une formation suivie au sein d'une école d'ingénieur ouverte sur l'entreprise et le monde professionnel veillant ainsi à l'insertion des diplômés et celui de la recherche au sein des laboratoires des plus performants.

Les informations concernant les inscriptions, la formation, les débouchés... sont accessibles sur les sites des établissements ainsi que sur celui de(s) université(s) partenaire(s).

Pour connaître les masters proposés par les établissements de l'enseignement supérieur agricole, consulter les sites internet des écoles.

L'ENSFEA propose pour le Ministère chargé de l'Agriculture un diplôme national de Master permettant aux étudiants qui le souhaitent de se préparer aux métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation en lycée agricole.

Point d'aboutissement des études supérieures, le doctorat est un diplôme de 3e cycle (niveau bac+8). Formation par la recherche, à la recherche et à l'innovation, le doctorat est également reconnu comme une expérience professionnelle de 3 ans de conduite d'un projet de recherche original, fondé sur l'état le plus récent des connaissances. Il est inscrit depuis 2018 au registre national des certifications professionnelles (niveau 8). Le lieu de travail au quotidien du doctorant est une unité de recherche (ou laboratoire) rattachée à une école doctorale (ED) accréditée par le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche. Dans le cadre de la préparation de son doctorat, le doctorant suit, au sein de cette ED, un parcours individuel de formations doctorales complémentaire obligatoire. D'une durée de 3 ans après l'obtention du diplôme national de master ou sur la base de la reconnaissance d'un niveau équivalent, la formation doctorale (travail de recherche personnel du doctorant et formations complémentaires) est sanctionnée, après soutenance de la thèse, par la collation du grade de docteur.

Organes internes des établissements publics habilités à délivrer le doctorat, les écoles doctorales (ou les collèges doctoraux) rassemblent ainsi des unités ou des équipes de recherche d'un ou plusieurs établissements autour d'un projet de formation doctorale. Ce projet de formation est fondé sur les compétences reconnues de ces établissements au travers de l'évaluation nationale par le Haut conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (HCERES), et s'inscrit dans leur politique scientifique. Les ED offrent à leurs étudiants un encadrement scientifique de qualité, des formations à la conduite du projet de recherche et à l'élaboration du projet professionnel, une possibilité d'ouverture internationale et un accompagnement à l'insertion professionnelle.

Selon l'arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, les écoles doctorales mettent en oeuvre une politique d'admission des doctorants fondée sur des critères explicites et publics et doivent permettre aux doctorants de préparer et soutenir leur thèse dans les meilleures conditions. Le directeur de l'école doctorale doit en particulier s'assurer que les conditions scientifiques, matérielles et financières sont réunies pour garantir le bon déroulement des travaux de recherche du candidat ; il doit en outre s'assurer de la qualité du projet de recherche doctorale après avis du directeur de l'unité de recherche concernée.

Les études doctorales réalisées en France ouvrent essentiellement sur des carrières scientifiques, (enseignants-chercheurs, chercheurs notamment) et administratives, dans lesquelles les diplômés des établissements de l'enseignement supérieur agricole réussissent bien. Du fait de sa reconnaissance à l'international et du haut niveau de compétence dont le doctorat atteste, on constate aussi que les grandes entreprises internationales recrutent de plus en plus de docteurs, à des postes de cadres et dans des domaines très variés. Les doctorats conduits en partenariat avec les entreprises (CIFRE), bénéficiant de mesures incitatives et en croissance depuis plusieurs années, permettent une excellente insertion professionnelle.

La grande majorité des établissements d'enseignement supérieur sous tutelle du Ministère chargé de l'agriculture est activement impliquée au sein d'écoles doctorales :

  • en tant que partenaire co-accrédité, dans le cas d'Agrocampus Ouest et de Montpellier SupAgro ;
  • en tant que support comme dans le cas d'AgroParisTech pour l'école doctorale (ED) ABIES (Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé), co-accréditée pour l'Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France (IAVFF), l'Université Paris-Saclay et l'Université Paris-Est ;
  • ou partenaire associé dans les autres cas : Bordeaux Sciences Agro, l'ENGEES, l'ENSFEA, l'ENSP, les ENV de Toulouse et Alfort, Oniris et VetAgro Sup.

Toutes les informations sur les possibilités de poursuite d'un doctorat au sein d'une école doctorale liée à un établissement d'enseignement supérieur agricole ainsi que sur les spécialités proposées sont disponibles sur les sites des établissements précités, rubrique formation et/ou recherche.

MAA - DGER - SDES

78 rue de Varenne, 75349 Paris 07 SP

Mise
à jour