Partenariats avec le milieu professionnel

L’enseignement agricole est reconnu de longue date pour ses travaux sur l’inclusion sociale, l’innovation, le lien avec les filières professionnelles et la diversité des publics dans les différentes formations qu'il propose. La DGER a renforcé sa coopération avec le monde professionnel pour contribuer à une meilleure orientation des élèves, étudiants et apprentis. Car pour un apprenant, découvrir le monde de l'entreprise, rencontrer des professionnels ou avoir une représentation plus précise de son futur métier, c'est se donner plus de chance pour réussir en étant conforté dans son choix d'orientation ou en définissant plus finement la voie qui lui correspond. Cela donne également un sens concret à ses apprentissages et contribue à l'ancrochage de nos apprenants.

Dans cette perspective, des conventions de partenariats ont été conclues avec différentes associations et ont pour but :

  • d'apporter une aide à l'information, l'orientation et l'insertion professionnelle des jeunes des établissements de l'enseignement agricole,
  • de mettre en perspective le parcours de formation du jeune au regard d'un projet professionnel,
  • de développer la connaissance du monde économique et professionnel dans le parcours scolaire, d'enseignement supérieur ou de formation continue des apprenants,
  • de sensibiliser à l'univers professionnel, renforcer la connaissance et la compréhension de l'entreprise : structure, fonctionnement, secteurs d'activités, création,
  • d'aborder les transformations auxquelles doit faire face l'entreprise et les répercussions de celles-ci sur les métiers.

 

Créée en 1992, elle est la seule association nationale de décorés dans l’Ordre du Mérite Agricole bénéficiant du Haut Patronage du Ministère de l’Agriculture.

L'AMOMA répond au souhait des décorés de défendre l’agriculture dans ses multiples composantes : sylviculture, horticulture, élevage, pêche, agroalimentaire, filières animales et végétales, art vétérinaire, économie et écologie rurales, etc.
Ses objectifs sont, notamment, de concourir au prestige de l’Ordre en France et à l’étranger, d’instaurer des liens d’amitié, d’entraide et de solidarité entre ses membres, de défendre leurs intérêts moraux, sociaux et matériels et d’organiser et soutenir les manifestations tendant au rayonnement de l’Agriculture. Elle est organisée en sections :

  • départementales sur le territoire français (sous forme d’associations régies par la loi de 1901) ;
  • nationales à l’international.

Chacune des associations départementales (ou sections) est indépendante et soumise au statut des associations loi de 1901. Elles mettent en place, de manière autonome, des projets propres à chacune d'entre elles. L’AMOMA fonctionne d'une manière décentralisée en responsabilisant les actions des responsables locaux.
Afin d'assurer une cohérence dans l'organisation nationale, les présidents des associations départementales ou sections sont réunis au niveau national.

Quels types de projets peuvent être envisagés avec l'AMOMA ?
Les projets, ouvrant sollicitation auprès de l'AMOMA peuvent être variés et doivent partir des attentes et besoins des apprenants et des établissements.

Certaines thématiques ont été identifiées dans le cadre des politiques publiques en concertation avec l'AMOMA :

  • aide à l'orientation par la connaissance du monde de l'entreprise, des filières et des métiers par un accompagnement ou par le partage d'expériences en entreprise ;
  • faciliter l'accès au stage : tutorat, aide à la rédaction de CV, mise en réseau… ;
  • témoignages de lutte contre les stéréotypes / mixité des publics des métiers, en appuyant l'insertion des filles ou des garçons sur l’ensemble des filières.

Les sections de l'AMOMA peuvent également être porteuses de projets et solliciter l'autorité académique de la région concernée ou un établissement d'enseignement agricole public ou privé sous contrat, avec information à l'autorité académique.

L’association ECTI Professionnels seniors, association loi 1901, reconnue d’utilité publique, créée en 1974 et regroupant un réseau de 2000 adhérents, anciens cadres du secteur public ou privé, chefs d’entreprises, techniciens, artisans, professions libérales. Les membres d’ECTI viennent de tous les secteurs de l’économie - industrie, services, commerce, distribution, banque, et ont exercé leurs responsabilités dans toutes les fonctions de l’entreprise.

Présente dans tous les départements avec une forte implantation dans les métropoles régionales, ainsi que dans 50 pays avec des représentants locaux, ECTI se donne pour vocation de contribuer au développement économique et social par :

  • le conseil et l’assistance aux entreprises en France et à l’international
  • l’aide aux élèves et étudiant pour la réussite de leur vie professionnelle
  • l’appui aux collectivités territoriales
  • l’aide aux demandeurs d’emploi pour réussir leur insertion professionnelle

Site web : http://www.ecti.org

L’association a pour objet de mobiliser des entreprises pour qu’elles œuvrent, en lien étroit avec la communauté éducative et avec les familles, à un meilleur accès des jeunes issus de milieux populaires aux filières longues de l’enseignement supérieur et créer des exemples de réussite scolaire, puis d’insertion professionnelle.
Les établissements d’enseignement agricole ne sont pas forcément dans des zones prioritaires mais accueillent des publics diversifiés et issus de milieux populaires.

Les objectifs de la convention :

  • Accompagner les jeunes issus de milieux populaires dans la construction de projets d’étude et de carrière ambitieux.
  •  Favoriser l’égalité des chances et la promotion sociale dans les entreprises.
  • Accentuer la mobilisation des entreprises du secteur agricole et agroalimentaire et de l’enseignement supérieur.
  • Animer une communauté de réussite, constituée des étudiants et diplômés suivis par Passeport Avenir.
  • Effectuer un suivi des étudiants ayant été accompagnés afin de mesurer les éventuels freins rencontrés ou au contraire d'identifier les facteurs de réussite.

Les moyens d’action d'Article 1:

  • Actions de sensibilisation auprès des lycéens de filières professionnelles technologiques dépendant du ministère.
  • Tutorat individuel pour les étudiants volontaires, tout au long de leur parcours d’études, exercé par des salariés des entreprises partenaires.
  • Ateliers collectifs menés au sein des établissements d’enseignement supérieur partenaires (découverte des métiers, préparation aux entretiens de recrutement, constitution et animation de réseaux professionnels)
  • Aide pour les jeunes diplômés suivis par Passeport Avenir dans leur recherche d’un premier emploi ou dans leur création d’entreprise.
  • Soutiens complémentaires d’ordres matériels et logistiques.
  • Programmes spécifiques destinés à conforter les étudiants dans leurs pratiques des langues étrangères et mieux appréhender les enjeux internationaux.

Site web : https://article-1.eu/

Comment solliciter les partenaires ?

Les conventions signées au niveau national tiennent lieu et place pour encadrer et mettre en œuvre toutes actions partenariales locales.
Selon la modalité de leur choix, les chefs de SRFD informent les établissements sous leur autorité de ces partenariats.
Si les associations sont contactées directement par un établissement, le SRFD en sera aussi informé.

Quelle valorisation pour les actions locales ?

Toutes les actions partenariales peuvent s'inscrire dans le projet de l'établissement ou dans un projet pédagogique, en veillant au respect des délais calendaires.
De plus, lors de la mise en place de projets de partenariats, la lutte contre les stéréotypes et le respect de la mixité des publics feront partie des points d’attention particuliers.

MAA - DGER - SDPOFE - Bureau de l’action éducative et de la vie scolaire

78 rue de Varenne, 75349 Paris 07 SP

Mise
à jour