Plan d'accompagnement et crise sanitaire

La crise induira-t-elle une nouvelle réflexion et de nouvelles pratiques ?

Depuis le 16 mars 2020, la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a induit d’une part des changements de pratiques directement liés au confinement des acteurs et d’autre part des réflexions nouvelles quant à la nécessaire évolution de notre organisation du travail mais également de nos activités.
Cette crise a donc obligé les équipes en charge de la mise en œuvre du plan d’accompagnement à s’adapter, à travailler différemment et nous vous proposons une première analyse des évolutions en lien avec notre organisation de travail et nos activités dans le cadre du plan d’accompagnement.

Les évolutions de notre organisation de travail

Dans un premier temps, nous avons réagi à la situation…
Comme tous les acteurs de l’enseignement agricole, nous avons dû nous adapter à une situation non anticipée et accroissant brutalement les incertitudes de notre environnement de travail, d’autant plus qu’elle revêt un caractère inédit nous privant ainsi de toute exploitation possible de l’histoire sur laquelle nous aurions pu nous appuyer. Le choc de l’annonce du confinement est indéniable, et nombreux sont ceux qui l’ont observé au moins la première semaine, faute de pouvoir agir tant le phénomène a été brutal et sans références ou sans normes antérieures. De plus, au sein même de l’équipe, les acteurs n’ont pas tous la même expérience de l’activité à distance.

Pour réagir à cette situation, nous avons mis en place des réunions de vie du Plan d’Accompagnement hebdomadaire : répondant ainsi aux besoins d’informations régulières, de coordination mais également de liens sociaux entre les membres de l’équipe.

Le recours aux outils de téléconférence fut rapidement adopté car nécessaire à notre travail de coordination, le travail de régulation passant plutôt par le téléphone.


Dans un second temps, nous avons réfléchi…
Notre réflexion a porté sur la manière de mieux réguler. En effet, il est rapidement apparu que la régulation informelle, telle que nos discussions entre deux bureaux, contribuait de façon non négligeable à notre activité. Partant de ce constat, comment pallier à cela, sachant que le retour de tous et dans des délais relativement proches n’est pas envisagé et envisageable ? Certainement par un processus de professionnalisation sur l’animation de projet à distance et sur le recours et l’exploitation des outils à distance.

Et nous ambitionnons à présent de poser les bases constructrices d’un troisième temps…
Un diagnostic est de toute évidence à réaliser à l’issue de cette période de manière à dégager des pistes managériales et techniques pour améliorer une organisation du travail avec des agents en télétravail.

Les évolutions de notre activité

Dans un premier temps, nous avons réagi à la situation…
Il a fallu faire les arbitrages relatifs à l’offre de formations PNF et PRF. Les actions en modalités présentielle et hybride étant annulées, chaque membre de l’équipe FormPro a procédé à l’analyse de ces actions pour déterminer les annulations définitives, les reports, et surtout la transformation des modalités pédagogiques.

Puis dans ce contexte complexe et incertain, l’information est essentielle. Ainsi, de manière à tenir informé l’ensemble de la communauté éducative des évolutions relatives à la mise en œuvre du Plan d’Accompagnement, nous avons choisi de communiquer par un FormPro Direct hebdomadaire et non plus bimensuel, nous avons maintenu la fréquence de diffusion de FormPro La Lettre mais également tenu à maintenir la communication sur le site Chlorofil à la page dédiée à l’appui à la mise en œuvre de la loi Avenir.

Dans un second temps, nous avons réfléchi…
L’équipe s’interroge sur les pratiques des formateurs en cette période de crise qui bouscule les organisations et les modalités pédagogiques. A cet effet, il apparaît pertinent de diagnostiquer la situation de manière à nourrir les orientations 2021 du PAN mais également l’ingénierie des actions notamment de l’axe pédagogie. Cette réflexion est identique pour les actions en direction des directeurs et des chargés d’ingénierie.

Le recours croissant aux outils tels que blackboard, zoom... posent plusieurs problématiques à l’équipe : le besoin de professionnalisation à la conception et à l’animation pédagogique quand on a recours à ces outils, le besoin de formation technique aux outils, la vigilance quant à la charge de travail supplémentaire induite par la scénarisation des parcours à distance, sachant que la pratique va se généraliser y compris après la crise (modification des comportements attendue).

Les conséquences de la crise sanitaire vont forcément impacter nos orientations 2021 tant sur la forme que sur le fond.


Et nous ambitionnons à présent de poser les bases constructrices d’un troisième temps…
Un diagnostic est de toute évidence à réaliser à l’issue de cette période. En effet, le confinement a, de fait, impacté les activités des EPLEFPA et la crise sanitaire continuera à modifier après cette phase les métiers de directeurs, de formateurs et de chargés d’ingénierie.


Depuis ce 16 mars 2020, il est incontestable que nous ne pouvons pas continuer à penser et à agir comme avant. A nous tous de construire, les futurs principes de réflexion et d’actions.

Alexandre Girard

AgroSup Dijon

Mél : alexandre.girard(at)agrosupdijon.fr

Mise
à jour