Handicap et besoins éducatifs particuliers

Accessibilité et compensation

Pour rétablir le principe d’égalité, de citoyenneté, de participation, la loi propose d’agir non pas sur la déficience mais d’agir sur l’environnement, c'est-à-dire qu’il s’agit d’identifier et de supprimer tous les obstacles environnementaux et de mettre en place de facilitateurs pour modifier le contexte et rétablir une situation de départ qui soit équitable, il s’agit d’éliminer le désavantage subi par l’apprenant du fait de sa déficience dans un contexte particulier et défini.
La compensation et l’accessibilité sont les outils conceptuels et techniques pour éliminer le désavantage subi et pour garantir l’égalité des chances.

"Compensation et accessibilité ne sont pas "charitables", ce sont des droits éthiquement justes" (Marie Hélène BOUCAND).
Ils répondent à des besoins identifiés pour rétablir le principe d’égalité.

Accessibilité

L’accessibilité s’adresse à tous. Son but est de rendre possible "l’accès à tout pour tous".  Elle est de la responsabilité de tous les acteurs et des pouvoirs publics. Elle anticipe, agit en amont et propose de modifier l’environnement pour éliminer tous les désavantages possibles dans tous les domaines de la vie. C’est la rampe d’accès, le sous titrage, l’utilisation de pictogrammes dans la signalétique pour faciliter la lecture…
C’est aussi l’accessibilité intellectuelle. A l’école, dans une situation d’apprentissage, il s'agit de favoriser l’accès au savoir dans le cadre du parcours de formation. Les gestes pédagogiques adaptés répondent à cela.
L’accessibilité pédagogique est du ressort des enseignants et des équipes éducatives au sens large :

  • Adaptation des supports,
  • Adaptation des modalités pédagogiques des cours, des évaluations (Modalités d’enseignement variées, différenciation pédagogique).
  • Adaptation des modalités d’évaluation.

Le PAP, le PPRE et le PAI sont des dispositifs d’accessibilité.

Compensation

La compensation a pour but de réduire l’incapacité ou la déficience lorsque l’accessibilité ne suffit pas à rétablir le principe d’égalité des chances. Elle s’adresse à un individu particulier dans une situation donnée. Elle est individuelle.
Elle intervient là où il y a un empêchement à accomplir des tâches de la vie quotidienne. Cela peut être le fauteuil roulant, une prothèse, un manuel en braille, l’utilisation d’un logiciel particulier.
La compensation est du ressort des Maisons Départementales de personnes handicapées (MPDH).
La compensation peut être :

  • D’ordre matériel (matériel pédagogique adapté, matériel technique adapté en labo par exemple)
  • D’ordre humain pour accomplir les tâches que l’apprenant est dans l’incapacité de faire du fait de sa déficience ou de ses incapacités : AVS, interface de communication, lecteur/scripteur, etc…
  • D’ordre organisationnel : c’est l’aménagement de la scolarité, l’aménagement des épreuves aux examens c’est à dire la possibilité d’étaler les épreuves sur plusieurs sessions, le temps supplémentaire, etc…

Le PPS (pour les élèves), la RQTH (pour les apprentis) et les aménagements des épreuves d’examen (pour tous les apprenants) sont des dispositifs compensatoires.

MAA - DGER - SDPOFE - Bureau de l’action éducative et de la vie scolaire

78 rue de Varenne, 75349 Paris 07 SP

Mise
à jour